Jean REDELE

Alain SERPAGGI

Jean RAGNOTTI

Le Mans Classic 2008

Jean RAGNOTTI

LOHEAC 2009

Jean Luc THERIER

Dieppe - Mai 2010

Jean Claude ANDRUET

Dieppe - Mai 2010

Jean RAGNOTTI

Le Mans Classic 2012

 

 

 

 

Quel qu'en soit le sujet, très souvent, les histoires commencent par ces mots ... Il était une fois ...

 

Cette rubrique va vous faire découvrir, ou plutot re-découvrir, sous forme de diaporamas accompagnés de textes explicatifs, l'histoire de tel ou tel modèle particulier, Alpine ou Renault sport.

 

Nous allons, tout d'abord, nous intéresser à des autos uniques comme l'Espace F1, l'Alpine A 610 LEGEAY sport, l'Alpine GTA production ou l'Alpine A 310 Poisson Dieppois, par exemple ...

 

Plus tard, cet espace pourra évoluer vers d'autres sujets.

 

Mais, pour le moment, je vais vous raconter l'histoire de ...

 

 


 

 

 

Voici un lexique des sujets traités dans cette rubrique. Ils sont classés par ordre d'apparition à l'écran.

 

 

 ~  Alpine A 220 Cévennes 1969

 

~   Alpine berlinette A 110 groupe F 

 

 ~  Renault 40 CV des records

 

~  Concept Renault Twin'Run

 

      ~  Alpine A 350 F1 - 1968

 

~  Tout feu - Tout flamme !!!  

 

      ~  Les véhicules d'assistance de l'équipe Alpine

 

~  Alpine A 500 F1 - 1975

 

~  Barquette Alpine A 110 courses de côtes

Jean Pierre D'ALBISSON  

 

  24 Heures du Mans 1978

~  Victoire de l'équipage PIRONI / JAUSSAUD

sur Alpine A 442 B

 

~  Alpine Osi Silver Fox 1967  

 

~  Alpine A110/1800 - 16 Soupapes groupe 4

 

~  Saline 4 Fun - La 4L la plus rapide du monde

 

~  4L 3000 V6 Gumball 2011

 

~  Alpine GTA V6 GT Production - Alain SERPAGGI

 

~  Alpine GTA Europa Cup 1985 - 1989

 

~  Record de vitesse sur glace - Jean Pierre MALCHER

Renault 21 Turbo

 

" Il y a des jours et des lunes "

~  Claude LELOUCH filme l' Alpine GTA Mille Miles

 

~  Spider HELEM V6

 

~  Alpine GTA V6 Biturbo 4x4 Rallycross

 

~  L'usine Alpine de Dieppe, des origines à nos jours

 

~  L' Etoile Filante Renault

 

Alpine A 310 Poisson Dieppeois 

~  Participation aux 24 Heures du Mans 1977 et 1978

 

~  Renault Laguna concept 90

 

~  Buggy Alpine Schlesser X 301 - Paris / Dakar 1993

 

Alpine A 610 Legeay Sport

~  Participation aux 24 Heures du Mans 1994 et 1995

 

~  Renault Matra Espace F1

 

 

 

 

 

 

 

¤¤¤   ALPINE A220 CEVENNES 1969   ¤¤¤

 

 

Une des Alpine A 220 fut profondément modifiée après avoir participé deux fois aux 24 heures du Mans en 1968

et en 1969.

 

Tout l'arrière de la voiture a été tronqué et le capot moteur façon " longue queue " a été supprimé. L'auto s'en trouve donc sensiblement raccourcie. Elle est également équipée d'un spoiler à l'avant qui n'a jamais été utilisé au Mans.

 

L'idée était d'engager la voiture sur certaines épreuves routières pour copier Matra qui faisait de même en engageant ses 650 au Tour de France Auto. Des protos du Mans sur la route !!! Complètement impensable aujourd'hui.

 

L'Alpine fait donc son apparition au Critérium des Cévennes 1969. Elle est confiée aux mains expertes de Jean Pierre JABOUILLE. Mais, très vite, l'auto abandonne. On se rend compte que cette expérience est un échec et ce galop d'essai sera sans lendemain.

 

L' A 220 est remisée dans un coin de l'usine de Dieppe ou elle reste pendant de nombreuses années a prendre la poussière avant d'être entièrement restaurée par Jean Pierre BUIRETTE, un ancien du bureau d'étude Alpine ...

 

Depuis, elle est régulièrement exposée à Dieppe, lors des rassemblements organisés par l'association des anciens d'Alpine.  On l'a vu au Mans Classic en 2012. Elle était également la vedette du stand Renault Classic au dernier salon Rétromobile de Paris en Février 2013. 

 

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille fortement la lecture du numéro 84 du journal Mille Miles ou vous trouverez le détail de toute la restauration de cette voiture unique.

 

 

 

 

¤¤¤     ALPINE BERLINETTE A 110 GROUPE F     ¤¤¤

 

 

Un doux parfun de liberté ...

 

Pendant la période des années 60-70 et jusqu'au début des années 80, le groupe F servait à faire courir les voitures qui ne pouvaient pas s'inscrire dans les autres catégories pour des raisons techniques.

 

Peu de restrictions, on pouvait pratiquement tout envisager, tant du point de vue carrosserie que du point de vue mécanique. C'était un peu " NO LIMIT "

 

Beaucoup de voitures ont donc subit des mutations pas toujours très maitrisées et les berlinettes n'ont pas fait exception à cette règle.

 

Aujourd'hui, toutes ces autos n'auraient, bien entendu, plus le droit de mettre les pneus sur le moindre slalom de quartier et encore moins sur les épreuves réputées. Même en VHC, elles ne sont pas admises. Autres temps, autres moeurs ...

 

Aussi, nous regarderons les photos de ces " mamies Alpine

body-buildées" avec un brin de nostalgie. Elles évoqueront pour certains le doux parfun de liberté qui règnait durant ces années un peu folles ...

 

 

 

 

 

¤¤¤   RENAULT 40 CV DES RECORDS   ¤¤¤

 

 

Toujours plus de puissance et de rapidité. 

 

Dans les années 1920, tout constructeur qui se respecte doit se lancer dans la course aux records, dont la vogue est encouragée par la construction d’anneaux de vitesse. En France, celui de Montlhéry, réalisé en 1924, devient le théâtre d’affrontements à grands renforts de chronomètres.

 

Renault n’est pas en reste dans cette course à la vitesse. Pour y participer, on s’appuie sur le fleuron de la gamme, la 40 CV et son énorme moteur de plus de 9 000 cm3 .

 

 

Une bête de course

 

Une première campagne a lieu avec une torpédo 40 CV pratiquement de série qui décroche, en 1925, le record du tour à 178,475 km/h ainsi que les 24 heures avec 3384,74 km éffectués à 141,03 km/h de moyenne. La différence s'explique par les nombreux arrêts ravitaillements et surtout changements de pneus, puisque la lourde voiture en consommera plus d'une centaine !!!


Ces chiffres ne suffisent pas à Plessier et Garfield, les pilotes et ingénieurs responsables de l’opération. En 1926, ils lancent sur l’anneau une 40 CV Type NM beaucoup mieux profilée, à carrosserie monoplace et dont le radiateur est ramené derrière le moteur. Les arrêts ont fait l’objet d’un entraînement particulier. Animés par 14 mécaniciens, ils ne dépassent pas 50 secondes. Ainsi modifiée, la voiture dévore 50 miles à 190,013 km/h de moyenne et surtout, pulvérise le record des 24 heures en parcourant 4167,57 km à 173,649 km/h de moyenne !
 
 

Sportive en fin de règne 

 

Après plus de 15 ans de bons et loyaux services (de la Type CG à la Type NM), la 40 CV s’efface en 1928 devant les nouveaux modèles haut de gamme développés par Renault, la Vivastella et la Reinastella. Avant de disparaître, la 40 CV aura su conquérir ses titres de noblesse sportifs pour entrer dans la légende automobile sous le nom de « 40 CV des Records » !
 

 

 

 

 

¤¤¤   CONCEPT RENAULT TWIN'RUN   ¤¤¤

 

 

Un joujou Renault doté d'un bloc V6 de 320 ch

 

 

Après la présentation de l'Alpine A110-50 en 2012, Renault récidive cette année encore, avec un prototype de voiture de sport baptisé Twin'Run, et officialisé à l'occasion du Grand Prix de Monaco 2013.

 

Comme l'année dernière, son très sportif directeur général Carlos Tavares a emprunté le tracé du circuit monégasque au volant de cette citadine bodybuildée. Les spectateurs ont ainsi eu l'honneur de voir Carlos Tavares boucler trois tours de circuit à bord de cette tonitruante Twin'Run, mais aussi Jean Ragnotti au volant d'une R5 Turbo et Charles Pics dans une Clio V6.

 

Ses airs de famille avec la R5 Turbo et la Clio V6 ne sont pas que visuels, car ce concept car est animé par le moteur de la Mégane Trophy de compétition monté en position centrale arrière.

 

A la place de la banquette arrière, on retrouve le V6 3,5 de 320ch du groupe, positionné en position centrale afin d'optimiser au mieux la répartition des masses

(57% à l'avant / 43% à l'AR).

 

Ainsi, avec un poids de 950 kg, le 0 à 100 km/h est abbatu en 4,5 secondes pour une vitesse maxi de 250 km/h.

 

 

 

Fiche technique Renault Twin'Run

 

Moteur: V6 à 60°, 24 soupapes, 3.498 cm3
Puissance: 320 ch à 6.800 tr/mn

Couple: 380 Nm à 4.850 tr/mn
Transmission: Propulsion, boîte séquentielle à crabots à 6 rapports
Dimensions L/l/h: 3.680/1.750/1.493 mm
Poids: 950 kg
0 à 100 km/h: 4,5 secondes

Vitesse maxi: 250 km/h

 

 

 

 

 

¤¤¤¤   ALPINE A 350 F1 - 1968  ¤¤¤¤

 

 

Alpine n'a jamais participé au championnat du monde de Formule 1 mais ce n'était pas faute d'en avoir l'envie.

En 1968, Elf qui recherche un partenaire pour la F1 pousse Alpine à concevoir une monoplace de Formule un. Chez la firme de Dieppe, on entame alors la construction de l'A350 dessinée par Richard Bouleau assisté d'Henri Gauchet ainsi que des ingénieurs de chez Michelin.

Ensembles ils réalisent une suspension pendulaire révolutionnaire ce qui confère à la voiture une tenue de route "extraordinaire" selon Mauro Bianchi, le pilote d’essai.

Le châssis tubulaire est doté d'une carrosserie en polyester.

Les grands débuts sont prévus pour le GP de France 1968, sur le circuit de Rouen-les-Essarts. Alpine envoit sa demande d'inscription mais, au dernier moment, Renault va s'opposer à ce projet, argumentant que le V8 Gordini de 310 Ch ne serait pas à la hauteur des V8 Cosworth 3.0L
délivrant 420 Ch...

Sur ordre de la régie, le projet est abandonné et l'Alpine A350 est détruite et feraillée immédiatement pour éviter toute " résurrection " future.

 

Sur la première photo du diaporama ci dessous, le pilote n'est autre qu' Henri Gauchet. C'était une autre époque ...

 

 

 

 

 

¤¤¤¤  TOUT FEU - TOUT FLAMMES !!!  ¤¤¤¤

 

 

Une série de photos consacrées aux voitures qui crachent des flammes au " levé de pied " avant rétrogradage.

 

D'abord, l'Alpine A 310 V6 de l'équipe JARONN, puis l'A 610 biturbo " street version ", une GTA Europa Cup, et une floppée de Renault 5 Turbo avec deux photos d'un collecteur d'échappement très très ... chaud !!!

 

Et pour terminer, quelques Clio RS et la Mégane Trophy nouvelle génération ... Régalez vous !!!

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤  LES VEHICULES D'ASSISTANCE   ¤¤¤¤

DE L'EQUIPE ALPINE

 

 

Voici un diaporama qui regroupe un certain nombre de véhicules d'assistance utilisés par les mécaniciens de l'équipe Alpine pour intervenir en rallye, mais aussi pour l'activité circuit.

 

Estafette, Saviem SG2 et S8, mais aussi Renault 12 break, Renault 16 et Renault 20 pour l'assistance rapide et même un Renault Master pour la GTA Europa Cup, ont été utilisé pour remplir ce rôle ingrat et pourtant primordial.

 

De nombreuses photos ont été prises durant les compétitions. On y voit donc aussi, très souvent les autos et les pilotes à l'assistance. Ambiance compétition ...


 

 

 

 

 

¤¤¤¤  ALPINE A 500 F1- 1975  ¤¤¤¤

 

 

En 1975, Renault a pour objectif de faire son entrée en

Formule 1 avec son célèbre moteur V6 turbocompressé, et c'est la société Alpine, le département sport de Renault, qui se charge de démarrer le projet avec l’Alpine A 500. Le pilote metteur au point est Jean Pierre JABOUILLE et le motoriste Bernard DUDOT.


C'est aussi l'époque où le constructeur français envisage de remanier Alpine et de créer Renault Sport. Face à cette rumeur et de peur de voir le projet F1 abandonné, les employés d'Alpine décident de révéler l'existance de l'A500 jusqu'alors tenue secrète, par l'intermédiaire de la presse écrite. Puis les rumeurs deviennent réalité, Renault fusionne les départements compétition d'Alpine et Gordini, et délocalise le tout à Viry-Châtillon: c'est la naissance de Renault-Sport.

Après divers problèmes en essai, dû tout d'abord à un temps de réponse trop lent du turbo, puis à de nombreuses casses moteurs à cause de la chaleur engendrée par les modifications apportées, l'Alpine A500 est enfin prête.

 

En 1976, elle perd son nom de baptême pour devenir la  Renault RS01. Elle adopte également une couleur jaune, qui deviendra, au fil du temps, la couleur officielle des modèles sportifs de la marque au losange. Les Anglais lui donneront le surnom peu amical de " Yellow Tea Pot " qu'on peut traduire par " théière jaune. "

 

La suite est connue ... 


 

 

 

 

 

¤¤¤¤  BARQUETTE ALPINE A 110 COURSES DE CÔTES  ¤¤¤¤

JEAN PIERRE D'ALBISSON

 

 

Jean Pierre D'ALBISSON, pilote amateur en courses de côtes dans les années 60, décide de construire un petit proto, léger et agile, pour tenter d'améliorer ses classements en compétition.

 

Il jette son dévolu sur une Berlinette accidentée. Il récupère la caisse, mais le pavillon est écrasé. La solution de la barquette s'impose donc naturellement.

 

Pour la motorisation, un moteur de Renault 10 d'une cylindrée de 1600 centimètres cube est choisi. Préparé chez CONDRILLIER, il développe 145 chevaux. Le poids de la voiture étant de 450 kilos, le rapport poids/puissance s'établi à 3,1 kilos par cheval ...

 

Avec cette auto, Jean Pierre D'ALBISSON réussira quelques belles performances. Puis il va s'établir comme préparateur dans sa ville de Carpentras tout en continuant à courir pour le plaisir. 

 

Le proto sera revendu et a complètement disparu de la circulation. Aucune information en ce qui concerne la suite de son histoire ...

 

Les quelques photos contenues dans le diaporama ci dessous ont toutes été prises lors de la Ronde Cévenole en 1968.


 

 

 

 

 

24 HEURES DU MANS 1978

¤¤¤¤   VICTOIRE DE L'EQUIPAGE PIRONI / JASSAUD   ¤¤¤¤

SUR ALPINE A 442 B

 

 

Il en aura fallu du temps pour qu'enfin Renault amène une Alpine sur la plus haute marche du podium des 24 Heures du Mans. Jugez plutôt ...

 

Le Moteur Renault V6 démontre ses qualités depuis sa naissance en 1973. Il signe cette année là sa première victoire en sport prototype, suivie de 5 autres en 1974 avec l'A 441, assorti d'un titre de champion d'Europe de la discipline pour Alain SERPAGGI.

 

Dopée en 1975 par l'adjonction d'un turbo, une technique dont Louis RENAULT avait déposé le brevet en 1902, sa puissance qui, à l'origine, était de 285 chevaux, passe à 500 chevaux.

 

 En 1976, Renault décide de construire une auto pour gagner au Mans. L'Alpine A 442 est donc conçue autour du V6 Turbo Gordini. Jean Pierre JABOUILLE est chargé du développement de la voiture. Renault engage deux voitures sans grande illusion sur le résultat final. Le but est juste de terminer et d'engranger de l'expérience pour l'année suivante ... Ce sera l'abandon pour les deux Alpine.

 

En 1977, après avoir fait énormément d'essais, l'équipe revient dans la Sarthe pour s'imposer. Elle aligne quatre voitures au départ.

 

Les essais sont dominés par les Alpine et la première ligne est occupée par deux autos jaunes qui figurent également en 4ème et 5ème place sur la sur la grille de départ. Seule une Porsche réussi a se glisser en 3ème position ...

 

Mais en course, s'est la débacle !!! Après avoir mené une grande partie de l'épreuve, les Alpine abandonnent les unes après les autres et aucune ne verra l'arrivée.

 

En 1978, l'équipe revient avec quatre autos, bien décidée a conjurer le sort. Trois A 442 et une A 443, ralongée de 16 centimètres par rapport à la version précédente.

 

Après 24 heures d'une intense bagarre avec les Porsche, l'Alpine A 442 B de l'équipage PIRONI - JAUSSAUD s'impose dans la Sarthe. L'A 443 de RAGNOTTI - FREQUELIN se classe quatrième.

 

A peine deux heures après l'arrivée, alors que la fête bat son plein, Renault annonce officiellement l'arrêt de son programme en endurance et le début de son

implication en F1 ...

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤  ALPINE OSI SILVER FOX 1967  ¤¤¤¤

 

 

Réminiscence de la voiture biplace conçue par l'ingénieur pilote Piero TARUFFI en 1947, avec laquelle il a battu 22 records de vitesses différents, cet étrange catamaran roulant est l'oeuvre du carrossier Italien O.S.I. ( Officine Stampaggio Imdustriale ) Sa présentation a eu lieu au salon de Turin en 1967.

 

L'idée de base de cette auto est d'ailleurs de TARUFFI qui lui a donné son propre surnom de " Renard argenté ". Il souhaite développer ce prototype dans le but de l'engager aux 24 Heures du Mans et battre de nouveaux records de vitesse.

 

Le pilote est installé dans le fuselage de droite, tandis que, derrière le siège de gauche, se trouve un moteur d'Alpine A110 de 1000 centimètres/cube, monté en position transversale.

 

Les éléments mobiles reliant les deux fuselages servent de freins aérodynamiques. Le coéfficient de pénétration dans l'air est extrêmement faible. Le CX de l'engin est de 0,258 ...

 

La société O.S.I, créée en 1960, a travaillé principalement pour GHIA avant d'être totalement absorbée par ce dernier. Elle ne pourra malheureusement pas mener le projet Silver Fox a son terme faute de moyens financiers et cette étrange machine ne sera jamais terminée.

 

Il semble cependant qu'un récent acheteur se soit mis en tête de restaurer la voiture pour savoir enfin si ce concept était viable et efficace. Peut être aurons nous la réponse dans quelques années ...


 

 

 

 

 

¤¤¤¤  ALPINE A 110 / 1800 - 16 SOUPAPES GROUPE 4  ¤¤¤¤

 

 

Cette berlinette 1800 groupe 4 est une auto unique. Elle a été construite à l'usine Alpine de Dieppe en 1974 pour être engagée au Tour de France Automobile en 1975. Le pilote désigné pour la conduire était Bruno SABY.

 

L'A 110/1800 groupe 4 ( numéro de chassis 20503 ) est motorisée par un 1800 cm3 double arbre et 16 soupapes, que Renault Sport avait développé dans le cadre d'un programme moteurs réalisé par l'équipe de Bernard DUDOT. Il était le seul, à cette époque, à bénéficier de cette définition. Une dizaine d'exemplaires  en ont été construits, montés sur trois voitures : cette Alpine, une Renault 12 et une Renault 17.

 

Il a existé en deux versions, à carburateurs et à injection

( monté sur la R 17). Gavé par deux Weber double corps de 45 millimètres sur l'Alpine, il s'avère très linéaire, coupleux et puissant ( 200 chevaux à 8000 tr/mn ).

 

Suite à un problème lié aux pneumatiques, Renault n'a pu engager la voiture au Tour Auto en 1975. Bruno SABY participera à la Ronde Cévenole qu'il mènera avant dêtre victime d'une crevaison. Il se classera finalement troisième.

 

Vendue à Hervé POULAIN, le célèbre commissaire-priseur spécialisé dans l'automobile de collection, la voiture participera à plusieurs épreuves dont le rallye de Touraine. 

 

Au début des années 80, elle est revendue à Benny REAPERS qui est le préparateur de référence pour Alpine en Belgique. Ce dernier va l'aligner en course pendant plusieurs années, obtenant d'excellents résultats, notamment sur les circuits de Zolder et de Spa.

 

Après quoi, l'Alpine s'endormira au fond du garage de Benny REAPERS ou elle sera remisée.

 

Au début des années 2000, elle est vendue à Jean Pierre PREVOST qui la fait entièrement restaurer. Puis il décide de l'engager en VHC. Pour la piloter, il fait appel au Dieppois Alain SERPAGGI, lui même se réservant le rôle de copilote. Très fin metteur au point, SERPAGGI ne tardera pas à faire progresser l'auto. On la retrouve régulièrement, chaque année, au départ des grands rallyes vhc, comme le Tour Auto par exemple ...

 

En 2009, lors de la finale du championnat de France des rallyes vhc qui se déroule autour de La Rochelle, l'Alpine et son équipage sont victimes d'un violent accident qui coupe littéralement la voiture en deux. Pas de blessé, mais l'auto est très abimée.

 

Elle sera entièrement restaurée durant la période hivernale 2009-2010 et tout juste prête à repartir sur les routes pour le Tour Auto en Avril 2010 ou elle jouera les premiers rôles.

 

Et depuis, l'histoire continue ...

 

 

 

 

 

 

SALINE 4 FUN

¤¤¤¤    LA 4L LA PLUS RAPIDE DU MONDE    ¤¤¤¤

 

 

Les Triplettes de Bonneville participent depuis 2008 à la Speed Week, sur le lac salé de Bonneville, avec 13 records de vitesse à leur actif. Et Renault Classic détient l' Etoile Filante, qui établit 4 records du monde en Septembre 1956, dans sa collection. C'est donc naturellement que, pour les 50 ans de la Renault 4, les deux équipes se lancent dans un projet un peu fou. Il s'agit de construire une 4L fourgonnette et de la faire rouler sur le mythique lac salé ...

 

La définition technique de la voiture est très vite finalisée. Les cathégories en vigueur à Bonneville impose que le moteur reste sous le capot avant, comme à l'origine. Cependant, rien n'empêche de faire un échange de bloc et d'installer quelque chose de plus sérieux.

 

Renault Classic propose alors d'utiliser le moteur de la R5 Alpine Turbo, avec laquelle Jean RAGNOTTI participa au championnat de France Supertourisme en 1983. Sa puissance étant de 280 chevaux, les performances devraient être à la hauteur ...

 

C'est parti pour 7 mois de construction, de tests, et de mise au point. Après restauration de la plateforme par Renault Classic, Saline 4 Fun, c'est son nom, prend la direction de l'atelier des Triplettes pour la mise aux normes de sécurité US. Puis, retour à FLINS. Le chassis d'origine est concervé, mais le train avant est entièrement revu. L'auto subit, en outre, la greffe du moteur qui a été restauré entretemps.

 

Une première séance de roulage a lieu fin Mai sur l'aérodrome de Melin-Villaroche. C'est l'occasion de constater que la voiture est bien née.

 

Dans la foulée, la 4L est repeinte avec une décoration très  Américaine. Un petit clin d'oeil à l'histoire également, puisque le capot de l'auto arbore une étoile filante réalisée en feuille d'or à l'identique de celle de son aïeule.

 

Une dernière séance de tests a lieu mi-juillet, juste avant la mise en container du matériel de l'équipe. Traversée Le Havre New York par bateau, puis, les 4500 kilomètres jusqu'au lac salé en camion.

 

A peine arrivée, Saline 4 Fun va susciter la curiosité, mais ne va pas tarder a affoler les chronos. Sur trois runs consécutifs, elle établira son record de vitesse à 146,454 Miles, soit 234,326 kilomètres/heure et devient la 4L la plus rapide du monde ...


 

 

 

 

 

¤¤¤¤   4L 3000 V6 GUMBALL 2011   ¤¤¤¤

 

Pour célèbrer les 50 ans de la 4L, l'Ecurie a décidé de réaliser son projet 4L 3000 en collaboration avec Renault.

 

Sur une base de 4L entièrement d'origine, les équipes de l'Ecurie vont greffer le chassis, les liaisons au sol et la mécanique d'une Clio V6. Le but de cette opération est de participer à l'édition 2011 du Gumball 3000 qui se déroule en Europe.

 

Le challenge est de mener ce projet à bien en 80 jours ( et 80 nuits ). Si la voiture conserve son allure originelle, on ne peut pas en dire autant du chassis et du moteur. Terminé le bon vieux 4 cylindres de 30 chevaux. Il a été remplacé par un bloc de Clio V6 phase 1 développant 230 chevaux.

 

Le Gumball 3000 est un rallye automobile annuel international de 3000 miles ( environ 5000 kilomètres ) qui se déroule sur le réseau routier en Europe, en Asie, ou aux Etats Unis. Il s'agit d'un rallye de régularité sans chronomètrage. Cependant, il arrive que certains participants dépassent très largement les limitations de vitesse et se voient verbalisés ou confisquer leur véhicule par les polices des pays traversés ...

 

Départ de Londres, puis Paris, Barcelone, Monaco, Milan, Venise, Zagreb, Belgrade, Sofia et arrivée à Istanbul. Un projet fou pour une aventure unique en son genre qui voit la petite Française rivaliser avec des Porsche, des Ferrari, des Bugatti, et autres Aston Martin ou Lamborghini et finir en tête après un périple de plus de 5000 kilomètres.

 

Une très belle victoire pour fêter dignement les 50 ans de

la petite Renault !!!

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤    ALPINE GTA V6 GT PRODUCTION    ¤¤¤¤

ALAIN SERPAGGI

 

 

Pour tenter de dynamiser les ventes de la GTA, Renault décide de financer, avec l'aide du conseil général du département de la Seine Maritime, le projet de l'E.D.A.C d'engager une Alpine GTA en championnat de France production.

 

La V6 GT est préférée à la version turbo car la règlementation favorise très nettement les atmosphériques à cette époque.


Pendant que l'E.D.A.C travaille à une adaptation du chassis et de la coque, la préparation du moteur est confiée à la société SOMOCAR dirigée par Bernard DECURE.

 

La mise en chantier ayant été décidée trop tardivement, la voiture ne sera pas prête pour le début de la saison 86 comme prévu initialement. De plus, la SOMOCAR ne put tirer plus de 250 cv du moteur au lieu des 320 cv espérés faute d'un budget suffisant.

 

L'Alpine fait son apparition lors de la 2 ème course à LEDENON. Mais Alain SERPAGGI, le pilote de l'auto va accumuler les problèmes et abandonne. Ensuite, suit une casse moteur à Montlhéry. Renault décide donc de confier sa préparation à la société BOZIAN.

 

On repart à zéro pour le dévellopement du bloc et, finalement, l'auto affiche 285 cv au banc. Mais on est encore très loin des voitures les plus puissantes qui dévellopent plus de 400 cv.

 

A Charade, SERPAGGI se classe 5ème et le moral des troupes remonte. A Rouen, dans son fief, l'Alpine fait 6 ème. Puis, plusieurs mauvais résultats s'enchainent, notamment au Castelet. Cependant, la puissance du moteur passe à 300 cv. Mais l'argent manque cruellement.

 

A la fin de la saison 86, le bilan est bien maigre mais l'équipe a pris de l'expérience dans cette discipline qu'elle ne connaissait pas.

 

Cependant, l'aventure n'aura pas de suite car les organisateurs du championnat annoncent un changement de règlementation pour 1987 qui met un terme à la courte carrière de la GTA.

 

L'auto sera ramenée à Dieppe et, quelques temps plus tard, c'est Willy GOUDEZEUNE qui en fera l'acquisition dans le but de l'engager en course de côte.

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤    ALPINE GTA EUROPA CUP    ¤¤¤¤

1985 - 1989

 

 

Les formules de promotion sont conçues pour que tous les participants bénéficient de la même voiture issue d'un modèle de serie. Ce sont essenciellement les qualités du pilote qui font la différence sur la piste.

 

Renault s'est fait une spécialité de ce type de championnats avec la R8 puis la R12 Gordini.

 

De 1985 à 1988, c'est l'Alpine GTA Europa Cup qui sera retenue pour animer les pelotons en levé de rideau des grands prix de Formule 1 Européens. Elle remplace la Renault 5 Turbo vieillissante.

 

Les courses sont très disputées et les accrochages fréquents. Mais quelques pilotes ne tardent pas a cerner les limites de la voiture et a occuper les premières places.

 

En 1985, c'est l'argentin Oscar LARRAURI qui sera titré. Puis, les trois années suivantes, c'est à chaque fois l'Italien Massimo SIGALA qui rafflera la couronne du vainqueur.

 

Le seul pilote Français qui réussira à briller avec la GTA sera Joel GOUHIER qui se classera toujours à une place d'honneur.

 

A la fin de la saison 1988, Renault décide de mettre en avant sa nouvelle R21 Turbo et abandonne la GTA.

 

Pour l'anecdote, malgrè ce changement  radical de voiture, le pilote qui sera titré à la fin de la saison 1989 s'appelle ... Massimo SIGALA !!! Plus de doute, en formule de promotion, c'est bien le pilote qui fait la différence.

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤     RECORD DE VITESSE SUR GLACE     ¤¤¤¤

JEAN PIERRE MALCHER / RENAULT 21 TURBO

 

 

Dans le but de promouvoir les ventes de la R 21 / 2 litres turbo, Renault fait appel à Jean Pierre MALCHER pour tenter de battre le record du monde de vitesse sur glace avec une voiture de série.

 

Deux voitures sont préparées par le constructeur. Modifications aéro avec élimination du rétro extérieur coté passager et des écopes de freins. Adoption d'un fond plat sous l'auto. Au niveau mécanique, augmentation de la pression de suralimentation du turbo de façon à obtenir une puissance de 250 chevaux.

 

Cette tentative se déroule en Suède, sur le lac gelé d'HORNAVAN.

 

C'est le journal Auto Hebdo qui est le relais de cette aventure dans la presse spécialisée.

 

Le 4 Février 1988, lors d'un premier passage, l'auto, équipée de pneus " contacts " atteint la vitesse de 246,928 km/h.

 

Puis des pneus cloutés sont montés et Jean Pierre MALCHER fait un deuxième passage sur la piste, dans le but de tenter d'améliorer son chrono.

 

Résultat, nouveau record du monde : 250,610 km/h.

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤    " IL Y A DES JOURS ET DES LUNES "    ¤¤¤¤

CLAUDE LELOUCH FILME LA GTA MILLE MILES

 

 

L'histoire est simple. Renault demande à Claude LELOUCH de réaliser la publicité pour le lancement de la GTA Mille Miles.

 

Mais le cinéastre est en plein tournage du film "Il y a des jours et des lunes " qui regroupe une pléiade d'acteurs de renom. Il ne peut se libérer, à moins que ...

 

A moins que la pub et le film ne fassent cause commune.

 

LELOUCH donne son accord, à condition que Renault mette a sa disposition un camion porte voitures chargé de huit GTA Mille Miles. L'une de ces Alpine sera utilisée par Gérard LANVIN lors d'un trajet en direction de PARIS et servira de prétexte à une rencontre lors d'un ravitaillement en essence dans une station service.

 

Renault fait donc coup double. Le cinéaste tourne la pub aux abords du Mont Saint Michel en qualité cinéma, et, en plus, l'auto est inclue dans le film ...

 

Pour ceux qui souhaitent voir la publicité tournée par Claude LELOUCH, elle se trouve dans la rubrique vidéo de ce site.

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤       SPIDER HELEM  V6     ¤¤¤¤

 

 

Quelques artisans passionnés se sont penchés sur le Spider Renault dans le but d'en modifier la carrosserie et de lui donner un groupe propulseur digne de ses grandes qualités routières.

 

Plusieurs projets seront dévelloppés. C'est, tout d'abord, la société FIOR, qui, faute de budjet, va très vite abandonner

la partie. 

 

LEGEAY Sport, après l'expérience des 24 heures du Mans avec l'Alpine A 610 en 1994 et 1995, décide de préparer un Spider pour courir de nouveau l'épreuve Mancelle. Malheureusement, l'auto, à court de préparation, ne sera jamais en mesure de réaliser le temps minimum pour se qualifier.

 

Elle sera ensuite alignée en championnat de France GT, mais, là encore, les résultats seront décevants.

 

La société HELEM va aller beaucoup plus loin en préparant à la fois une version compétition et une version routière, plus civilisée. L'auto est équipée du V6 / 3 litres monté en position centrale arrière. Son poids est de 1200 kilos et sa vitesse supérieur à 250 km/h.

 

Mais le modèle le plus aboutit sur le plan du désign est, sans aucun doute, celui préparé par Technical Studio. Baptisé TS 07, cette auto bénéficie d'une recherche aéro très pousée et d'une finition digne des meilleures sportives de l'époque.

 

Malheureusement, toutes ces initiatives resteront confidentielles essentiellement par manque de moyens et tomberont rapidement dans l'oubli. 

 

 

 

 

 

 

¤¤¤¤    ALPINE GTA V6 BITURBO 4X4    ¤¤¤¤

  RALLYCROSS

 

 

La GTA est loin d'avoir connu les succès de la Berlinette ou de l'Alpine A 310 en compétition.

 

Néanmoins, en plus de la GTA Europa Cup et du championnat de France de production, certains pilotes privés ont fait courir cette voiture.

 

Quelques unes ont roulé en course de côte, mais on les retrouve surtout en rallycross à la fin des année 80. 

 

Jean Pierre DEMOISSON pilotera pendant plusieurs saisons une étonnante GTA V6 Biturbo 4x4 de 600 chevaux qui donnera du fil à retordre aux meilleurs représentants de la discipline.

 

Voici quelques photos ...

          

 

 

 

 

 

L' USINE ALPINE DE DIEPPE 

¤¤¤¤    DES ORIGINES A NOS JOURS    ¤¤¤¤ 

 

 

La société des automobiles Alpine est née à Dieppe en 1955, de la volonté de Jean REDELE. D'abord implantée avenue Pasteur, dans le quartier Saint Pierre, en centre ville, l'usine va ensuite déménager avenue de Bréauté en 1970. Ceci dans le but de pouvoir s'agrandir et se moderniser.

 

C'est à cet endroit qu'elle se trouve encore aujourd'hui.

 

Ces deux petits diaporamas compilent un certain nombre de photos anciennes ou plus récentes, trouvées sur le net. Leurs sujet : l'usine Alpine des origines à nos jours ...

 

 

USINE ALPINE - AVENUE PASTEUR - DIEPPE

DE 1955 A 1970 

 

 

USINE ALPINE - AVENUE DE BREAUTE - DIEPPE

 DE 1970 A NOS JOURS ...